•  

    Le "One pot pasta"

    Photo internet

    Connaissez-vous le "one post pasta" ?

    Le "one post pasta" consiste à réunir et à cuire dans le même plat, des pâtes (sèches), avec de la viande ou du poisson, des légumes, une garniture aromatique et un peu d'eau.

    L'ensemble, (pâtes et garniture),  cuit 20 minutes par absorption de l'eau (comme un risotto).

    Verdict ?

    Positif si on ne met pas trop d'eau (gare aux pâtes trop cuites). 

    Il est conseillé pour le goût de faire rissoler à même le récipient (selon les goûts), la garniture qui peut être composée d'oignons émincés et divers légumes, ainsi que p'tits lardons fumés, morceaux de chipos ou chorizo etc... avant d'ajouter l'eau et les pâtes..

    Cela fait longtemps que je cuis les pâtes de cette façon après avoir vu la cuisinière Anglaise, Nigella Lawson oeuvrée dans une émission de télé... il y a déjà quelques années.

    Comme elle, je fais revenir la garniture à part et ne la rajoute aux pâtes qu'en cours de cuisson.

    Quand les pâtes sont encore al-dente et qu'il ne reste qu'un fond d'eau, je saupoudre les pâtes de gruyère râpé ou de parmesan, je couvre la cocotte, coupe le feu et attends quelques minutes avant de servir le plat à même le récipient.

    Avec une garniture copieuse (oignons émincés, p'tits lardons, morceaux de saucisses ou de chorizo rissolés, divers légumes tels que lamelles de champignons, de courgettes, tomates confites etc...) ce plat se suffit à lui-même, et il n'est pas toujours nécessaire de l'accompagner de viande ou de poisson.

    Toutes les pâtes se prêtent à cette cuisson, mais choisir de préférence, celles ayant une cuisson d'au moins 10 minutes, les pâtes 3 minutes risquant de se transformer en colle... à papier peint.

    Un récipient plus large que haut est plus pratique, surtout pour cuire les spaghetti.

    Quand on maitrise bien la cuisson, les pâtes cuites façon "risotto" avec une bonne garniture, c'est vraiment délicieux.

     


    7 commentaires
  • Image internet

     

    Selon le psychiatre  Christophe André, le bonheur ça s'apprend. Et il nous donne des pistes en ce sens dans son petit livre   "Et n'oublie pas d'être heureux" (9,50 € en poche).

    Voici une de ses p'tites piqûres de sagesse.

    L'avenir ce n'est pas ce qui va nous arriver mais ce que nous allons faire".

    Pour mieux appréhender l'avenir, il conseille un p'tit exercice classique de psychologie positive qui aide à travailler en ce sens.

    Pendant quatre jours consécutifs, il est recommandé d'écrire durant VINGT MINUTES, et dans le détail, ce qu'on aimerait que notre existence devienne dans une, deux années :

    A quoi ressemblera notre vie :
    - familiale,
    - amicale,
    - professionnelle,
    - voyages,
    - loisirs etc...

    Pas d'autre règlement que de le faire vraiment.

    Ecrire et ne pas rêvasser;

    VINGT MINUTES et pas une ou deux, écrire de manière précise et détaillée en évitant les vagues formules générales.

    Tous ces éléments, sont importants pour que ça fonctionne, c'est à dire pour que :

    1) cela nous fasse aller mieux
    2) cela facilite aussi notre engagement dans ces projets.

    Cet exercice semble trop facile et trop simple, n'est-ce pas ?

    OK, facile ça l'est, mais pas "trop" j'en ai fais l'expérience.

    Après moult essais et ratures, je suis finalement parvenue à aller au bout des vingt minutes qui m'ont parues une éternité.

    Allez, plus que trois jours pour en venir à bout de cet exercice... j'en bous d'avance !!!

    D'ailleurs l'avez-vous fait, ou le ferez-vous ?

     

    Premier jour :

    Cet exercice m'ayant parut facile, c'est en confiance, que je me suis postée devant ma page blanche, mais là j'ai eu un blanc, rien ne venait.

    Ce ne sont pourtant pas les idées et les projets qui me manquent, bien au contraire, ils se bousculaient même à la porte de ma cervelle, mais rien n'y faisait, j'ai eu du mal à faire le tri, entre ce qui est réalisable et ce qui relève de l'utopie.

    Deuxième jour :

    J'ai eu plus de facilité à écrire pendant le délai imparti. J'ai relu ce que j'avais écris le premier jour et fais le tri entre ce qui est réalisable et ce qui relevait de l'utopie...  

    Ca commence à prendre forme.

    Troisième jour :

    Je me suis carrément projetée au 1er Octobre 2018 et écris au présent en commençant par...

    J'ai acquis...

    J'ai appris...

    J'ai réalisé...

    Quatrième jour :

    Ca y est j'ai fini mon exercice, que j'ai trouvé assez ardu.

    Pour le 3ème et 4ème jour je me suis projetée en Octobre 2018.

    J'ai commencé mon exercice en écrivant, aujourd'hui 1er 0ctobre 2018... j'ai poursuivi l'exercice en résumant ce qui s'est passé dans l'année écoulée en commençant par aujourd'hui :

    Aujourd'hui je suis...

    Aujourd'hui j'ai...

    Aujourd'hui je fais... etc...

    J'ai ainsi jeté des bases sur ce que je voudrai vraiment être, avoir et faire d'ici un an.

     

     


    2 commentaires
  • Si aujourd'hui, le soleil trône dans un beau ciel bleu, comme lavé par toutes les pluies tombées ces derniers jours, on sent l'automne, avec quelques jours d'avance.

    Depuis une semaine les températures sont vraiment fraîches, nous incitant à rallumer en soirée le poêle à bois et à installer les couettes sur les lits.

    Il est à craindre qu'il n'y ait pas d'été indien cette année.

    Etant en manque d'inspiration, (c'est malheureusement récurent chez moi), vous trouverez ici un condensé de  mes lectures du livre de Bernard Werber "Nouvelle Encyclopédie du Savoir relatif et absolu".

    On y apprend des p'tites choses et bizarreries qui peuvent instruire, à défaut d'être utiles,   tels que : Comment créer un Univers, Réussir une mayonnaise, Comment rêvent les Dauphins, d'où viennent les légendes etc...

    Voici quelques exemples :

    SHIATSU :

    Un point de shiastsu chinois très pratique est celui qui permet de lutter contre la constipation (je sais, ce n'est pas très glamour).
    Le geste consiste à presser avec le pouce et l'index de sa main droite la chair entre le pouce et l'index de la main gauche.

    Si l'on est constipé, on sent la présence d'une boule douloureuse. Il suffit alors de la pincer et de la masser pour venir à bout de ses tracas.

    N'ayant pas ce genre de "tracas" je ne puis dire si ça marche.

    CONSEIL DE ROSE-CROIX :

    Avant de regarder l'heure, essayer de la trouver sans regarder votre montre ou votre portable
    Avant de décrocher le téléphone, essayer de deviner qui appelle, sans regarder l'écran
    Avant d'ouvrir une lettre, essayer de devenir l'expéditeur sans regarder l'enveloppe Etc...

    CHARADE DE VICTOR HUGO :

    - Mon premier est bavard
    - Mon deuxième est un oiseau
    - Mon troisième est au café
    Et mon tout est une pâtisserie

    C'est facile, réfléchissez un peu sans regarder la solution.
    Et pour les impatientes...

    - Mon premier est bavard : c'est donc "bavard"
    - Mon deuxième est un oiseau : c'est donc "oiseau"
    - Mon troisième est au café : c'est donc "au café"
    Solution : bavard-oiseau-au café. Bavaroise au café.

    Vous voyez, c'était facile, hé, hé... amusant ce Victor.

    DES CHATS ET DES CHIENS :

    Le chien se dit : "L'homme me nourrit donc il est mon Dieu"
    Le chat se dit : "L'homme me nourrit donc je suis son Dieu".

    Ceux qui comme moi ont des chats, apprécieront.

    L'INVERSE :

    Toute routine entraîne progressivement une sclérose. Par moments, il peut être intéressant d'essayer de faire l'inverse ce que l'on désire vraiment.
    Lorsqu'on veut dormir on reste éveillé.
    Lorsqu'on veut lire un livre, on le ferme
    Lorsqu'on veut écouter de la musique, on reste dans le silence
    Lorsqu'on veut prendre sa voiture, on va à pied.
    Lorsqu'on veut prendre sa ligne de métro habituelle, on prend une autre.
    Lorsqu'on veut tourner à droite, on tourne à gauche...
    Ce petit exercice permet de découvrir des sensations nouvelles et des chemins inconnus.

     

     


    1 commentaire
  • On s'est réveillé ce dimanche 10 septembre sous un ciel chafouin, mais en début d'après-midi, le soleil a daigné faire son apparition.

    Toutefois, il chauffe bien moins qu'il y a encore quelques jours, la journée est un peu fraîche pour un début de mois de septembre... 

    En tous les cas, cette journée devrait être tranquille, sans visites à effectuer ni d'invitations à rendre. De temps en temps cela fait du bien de ne pas avoir d'obligation particulière, ça repose.

    Pour m'occuper, je vais préparer une lessive-maison.

    Pourtant, il y a quelques mois encore, j'avais décidé de délaisser la lessive-maison pour la lessive chimique. En effet, au fil des machines, le linge, lavé avec la lessive-maison sentait de moins en moins bon, malgré les huiles essentielles censées la parfumer.

    Avec la lessive chimique, il n'y a pas d'odeur particulière si ce n'est celle de la lessive choisie, mais le linge lavée avec cette lessive est rêche, notamment les serviettes de toilette. D'ajouter du vinaigre blanc au rinçage ne rendait pas la douceur que j'obtenais avec la lessive-maison.

    Il faut dire qu'à Paris et en l'Ile de France l'eau est très dure.

    Décidée à retrouver un linge plus doux et sentant l'odeur du propre (indéfinissable cette odeur) je me suis mise à faire des tests.

    En alternant les lessives (maison et chimique) et en en tenant compte de la nature du linge et de la température de l'eau, l'odeur n'apparaissait plus, le linge de maison était plus doux et sentait le propre...

    Forte de ce constat, j'ai décidé de procéder ainsi :

    - Lessive-maison, pour le blanc et les couleurs supportant une température de 60° ou plus.

    - Lessive chimique, pour la laine et linge ne pouvant être lavés qu'à froid ou à des températures maximales de 30°/40°.

    Cela fait maintenant plus d'un mois environ que je pratique ainsi et je suis satisfaite du résultat. 

    La température de l'eau y est certainement pour beaucoup. Le savon de Marseille ou d'Alep ont une consistance épaisse et un peu grasse, l'eau très chaude permet une meilleure dissolution des particules... et nettoie la machine des résidus à l'origine des odeurs.

     

    Pour réaliser trois litres de lessive-maison :

    - 3 litres d'eau (du robinet)
    - 100 grs de savon de Marseille (à 72° d'huile d'olive) ou d'Alep
    - 100 grs de bicarbonate de soude (ou 50 grs de bicarbonate et 50 grs de cristaux de soude)
    - 2 verres à moutarde de vinaigre blanc à 8° dilué

    Dans un récipient en plastique d'une contenance d'environ cinq litres (ancien pot de peinture),

    - Faire bouillir un litre d'eau
    - Râper 100 grammes de savon de Marseille ou d'Alep (avec une râpe à légumes ou un économe).
     
    - Verser l'eau bouillante  sur les copeaux de savon, touiller,
       touiller encore jusqu'à la fonte du savon.

    - Laisser reposer une demi-heure
    - Faire bouillir deux litres d'eau
    - Les verser sur le mélange eau/savon

    - Ajouter 100 grs de bicarbonate de soude, (ou 50 grs de bicarbonate et 50 grs de cristaux de soude),
    - Verser par-dessus deux verres de vinaigre blanc, (ça mousse)
    - Re-touiller

    - Laisser reposer quarante huit heures avant utilisation

    Avant chaque machine avec la lessive-maison :
    Bien remuer la lessive avec un fouet.

    Pour une machine de blanc ou couleur à 60° ou plus, compter un verre (moutarde) à un verre demi de lessive-maison (selon le degré de salissure du linge) .

     

    P'tits plus :

    J'achète le savon de Marseille à 72° d'huile d'olive (marques Briochin, le Marseillais ou Epsil) chez Leclerc. On y trouve aussi du bicarbonate de soude et les cristaux de soude (paquets de 500 grs) au rayon des produits responsables.

     

    Je suis quand même un peu déçue de ne pas pouvoir utiliser la lessive-maison pour laver tous sortes de linge, à basse ou haute température.

    Aussi, si l'une de vous à la recette d'une lessive-maison qui ne laisse pas d'odeur, autre que celle du linge propre, je suis preneuse.

     


    6 commentaires
  •  

    Cette année les noisetiers sont emplis de fruits... des noisettes bien charnues qui font notre bonheur et aussi celui... des écureuils !!!

    Bon gré, mal gré, il nous faut accepter de les partager avec ces insolentes p'tites bestioles au pelage roux qui font un vrai carnage dans... et sous les arbres.

    Pour avoir des noisettes il est indispensable d'avoir des noisetiers.

    Dans notre jardin il y a trois noisetiers.

     

     Bancs casse-noisettes !!!

     Le premier, prés du toboggan 

    Bancs casse-noisettes !!!

    le deuxième, près de la gloriette...

    Bancs casse-noisettes !!!

    Le troisième..., celui d'un voisin
    qui déborde largement au-dessus du mur de séparation

     

    Dans notre jardin il y a aussi trois bancs de pierre bien utiles pour se reposer, lire, méditer etc... mais pas que... 

     

     Bancs casse-noisettes !!!

    En voici UN ; placé entre deux arbustes fleuris,
    c'est mon préféré.

    Bancs casse-noisettes !!!

    Un deuxième ; c'est l'Homme qui l'a fait il y a quelques années

    Bancs casse-noisettes !!!

    Puis le troisième qui nous a été donné par un voisin

    Ces bancs de pierre sont aussi utiles comme support pour casser les noisettes glanées ici ou la avec le galet placé sur chaque banc et toujours prêt à l'emploi.

    Des galets casse-noisettes quoi !!! 

     

    Bancs casse-noisettes !!!

     Il y a toujours une réserve de galets casse-noisettes...
    pour les visiteurs amateurs de noisettes par exemple !!!

     

    Les galets ne viennent pas d'Etretat, (où il est interdit de les ramasser), mais des Vosges. On en trouve (presque) partout dans les champs après les labours, dans les jardins lors des plantations.

    Très fragiles, ils ont une cassure nette quand on les laisse tomber ; la partie centrale plate est alors très pratique pour casser les noisettes.

    Pour des amateurs de noisettes comme nous, c'est une aubaine d'avoir des noisetiers... une aubaine dont profitent largement les écureuils farceurs.

     

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires