• OBOU a déposé sur son blog sa recette de lessive-maison qui est presque identique à la mienne.

    J'avais abandonné la lessive-maison à cause de l'odeur pour revenir à la lessive chimique. En effet, j'avais remarqué après plusieurs lessives, que le linge ne sentait pas très bon.

    Pour contrer cela, j'ai trouvé une astuce, je refais ma lessive-maison, mais je l'utilise en alternance avec la lessive chimique.

    Lessive maison : linge de maison et couleurs grand teint
    Lessive chimique : linge délicat, acrylique

    Cette alternance semble, pour l'instant, efficace.

    Recette pour réaliser trois litres de lessive-maison :

    - 3 litres d'eau (du robinet)
    - 100 grs de savon de Marseille (à 72° d'huile d'olive) ou d'Alep
    - 100 grs de bicarbonate de soude
    (ou 50 grs de bicarbonate et 50 grs de cristaux de soude)
    - 2 verres à moutarde de vinaigre blanc à 8° dilué

    Dans un récipient en plastique d'une contenance d'environ cinq litres
    -
    Verser un litre d'eau bouillante

    - Ajouter les 100 grammes de savon râpé (de Marseille ou d'Alep)
    - Touiller avec un fouet jusqu'à la fonte du savon.
    - Laisser reposer une demi-heure
    - Rajouter deux litres d'eau bouillante
    - les verser sur le précédent mélange eau/savon

    - Ajouter 100 grs de bicarbonate de soude,
     (ou 50 grs de bicarbonate et 50 grs de cristaux de soude),

    - bien mélanger le tout
    Verser dans des bouteilles de verre ou plastique remplies au trois quart
    - Laisser reposer quarante huit heures avant utilisation

    - Bien remuer la bouteille avant chaque lessive
    Ajouter un verre de vinaigre blanc à 6° ou 8° dans le bac adoucissant
    (préalablement dilué : moitié eau moitié vinaigre)


    Pour une machine de blanc ou couleur grand teint à 60° ou 40°, compter un verre (à moutarde) à un verre et demi de lessive selon le degré de salissure.

     

    P'tits plus :

    N'utiliser que le vrai savon de Marseille (sans glycérine), à 72° d'huile d'olive (marques Briochin, le Marseillais ou Epsil) dans les supermarchés, ou les magasins bios, ainsi que le bicarbonate de soude et les cristaux de soude.


     


    4 commentaires
  • Le gateau invisible...

    Photo internet

    Mon gâteau ressemblait à celui-là, mais en plus raplapla

     

    En feuilletant un magazine de l'an dernier,  j'ai découvert la recette du gâteau invisible, (précédemment le gâteau à la mode était le gâteau magique que je n'ai jamais tenté de réaliser).

    Le concept du gâteau invisible :
    Il réunit des fruits (ou des légumes) coupés en lamelles très fines et une pâte, fluide et légère, proche de la pâte à crêpes ou du clafoutis, en faible quantité.

    Voici la recette :
    Pour un kilo de fruits :
    - 2 œufs + 80 gr de sucre + 80 gr de farine + 25 gr de beurre + 15 cl de lait  Cuisson à 180°  ; pendant 45 à 60 min de cuisson.

    Lors de la cuisson les fruits absorbent la pâte qui disparaît entre les lamelles de fruits, d'où le nom de : gâteau invisible.

    Les fruits conseillés, sont les pommes et les poires qui constituent l'ossature même du gâteau. La pâte se devinant à peine, le gâteau gagne en légèreté le rendant plus fondant, moelleux et très digeste... dixit la recette.

    Pour une réussite parfaite, il est conseillé de couper les fruits à la mandoline afin d'obtenir des lamelles bien fines (2 à 3 mm) et régulières.
    On trempe les lamelles, au préalable, dans la pâte avant de les empiler à plat dans le moule
    (moule à cake par exemple) et de bien les tasser.

    Mon verdict : ce gâteau réputé pour être invisible et tout léger me paraissait idéal après les orgies de galette. Mais je ne l'ai pas franchement réussi. En effet, je n'ai pas respecté la recette qui insistait sur la faible quantité de pâte.

    Trouvant qu'il n'y avait pas suffisamment de pâte, j'ai ajouté, en plus des précédents ingrédients, toujours pour un kilo de fruits : 1 œuf - 40 gr de sucre - 7 cl de lait - 40 gr de farine - (mais pas de beurre, 25 gr de beurre me paraissant suffisant).   

    Bien entendu, l'excès de liquide n'a pas permis aux fruits d'absorber la pâte et le gâteau a mit près d'une heure et demi à cuire, j'aurai du, en plus du rajout d'ingrédients, rajouter 500 grs de pommes.

    Mon TEC l'a quand même apprécié, personnellement je ne l'ai pas trouvé fantastique.

    Finalement je préfère le gâteau moelleux aux pommes que je réussis très bien.

     


    7 commentaires
  •  

    Il a neigé sur l'Ile de France...

     

    Hier, Mardi, il a neigé sur l'Ile de France...

    Aujourd'hui, il neige encore, mais une neige toute fine qui ne tient pas au sol.

    Bien que des chutes de neige furent annoncées plus de deux jours auparavant par météo-France, les communes, de plus en plus près de leurs sous, ont attendues qu'elle soit bien installée avant de sortir l'artillerie anti neige.

    Qui dit neige et gel, dit températures négatives donc grandes froidures qui ne conviennent vraiment pas à la frileuse que je suis devenue au fil des années.

    Ce froid semble vouloir durer encore quelques jours, ce qui est  normal après tout, puisque nous sommes en hiver.

    Et puis un hiver rigoureux peut être bénéfique pour la végétation.

    Si le froid a des effets positifs pour la végétation il a aussi des effets négatifs, notamment pour la faune.

    Effets négatifs causés par le gel et la neige

    Le gel et la neige peuvent abîmer, voire détruire, les plantes les plus sensibles, surtout dans les régions où les hivers sont en général cléments, Une brutale chute des températures peut surprendre les espèces les plus sensibles.


    Si les plantes les plus frileuses ont été protégées par une bonne protection ou un bon paillage, les effets du froid devraient être limités.

    Il faut savoir qu'une plante apparemment gelée n'est pas forcément une plante morte car le système
    racinaire est peut-être lui resté intact, surtout, si le gel n'a pas pénétré la terre en profondeur. Il sera temps au printemps d'évaluer l'étendue des dégâts.

    La neige pose deux problèmes principaux pour le jardin et ses hôtes. Son poids qui peut casser des branches chez les arbres à feuillage persistant, ou brûler les parties aériennes tels que les conifères et les haies.

    Par précaution, il suffit de secouer délicatement les branches, notamment des camélias, afin de les dégager de leur manteau neigeux.
     

    Cette précaution est inutile chez les arbres à feuilles caduques.  Il faut au contraire laisser en place cette couche de protection qui isole un peu les branches du gel.

    Ensuite, les p'tits oiseaux, qui ont bien du mal à trouver de quoi se nourrir lors de longues périodes de froid. Il convient alors de les nourrir en leur fournissant des graines et des miettes de pains enduites de graisse.

    Enfin, pour les pelouses, évitez d'y marcher lorsqu'elles sont gelées ou enneigées car cela abîme le gazon.

    La je doute qu'en période de neige, ce conseil soit vraiment suivi par les petits enfants (et les grands).  Qui dit neige dit bonhomme de neige... NA !!!

    Effets positifs ou lots de consolations.

    Le gel ou la neige ont aussi quelques avantages (quand même).

    En période de grand froid, une partie des parasites, et des ravageurs des jardins (oeufs, larves, adultes en hibernation, mais aussi moisissures) peuvent être détruits, alors que les hivers doux au contraire, sont favorables à leur prolifération.

    Par ailleurs, la neige accélère la décomposition des feuilles mortes et engrais verts (tontes de pelouse) en les transformant plus rapidement en compost assimilable par la végétation. Au printemps le sol n'en sera que plus fertile

    Alors en attendant le retour du printemps, soyons vigilants, lors d'un p'tit tour au jardin, rentrer ou couvrir, (si ce n'est déjà fait), les plantes à risque.

    Quand à nous les bipèdes, il nous faut bien nous couvrir, surtout les extrémités (tête, cou, mains, pieds... et bout de nez) afin de se préserver des maux véhiculaient par le sieur hiver.

    Il convient aussi de suivre une règle, dès le retour de vos promenades à l'extérieur ou de courses au marché,  supermarchés ou magasins de consommation, il est impératif de : SE LAVER LES MAINS.

    Et surtout restons positifs, dans moins de deux mois, le Printemps sera de retour.


    2 commentaires
  •  

    Mon sapin joue les prolongations

     

    Déjà le 10 Janvier 2019 et mon (faux) sapin en bois est toujours en place.

    On s'est habitué à lui, c'est comme un tableau accroché au mur.
    Tous les soirs il s'illumine et en journée on l'oublie.

    Ce faux sapin, posé sur un meuble, ne prend pas de place
    et ne perd pas ses épines.
    Finalement il fait maintenant partie du décor.

    Pourtant, il faudra bien un jour prochain que j'me décide à le démonter
    mais pour l'instant j'ai la flemme. 

    Et si je le gardais jusqu'aux fêtes Pâques ?
    Il suffit d'enlever les boules et petits sujets de Noël
    afin de les remplacer par des œufs, des cloches, des poules
    et autres lapins en chocolat.

    Un sapin de Pâques ?

    C'est une idée à creuser.

     


    6 commentaires
  • LA TRESSE

     

    Rassurez-vous, je n'ai pas l'intention de faire concurrence à Obou
    ni à son site OBOULIT.

    Je veux juste vous parler d'un premier p'tit livre écrit par Laetitia Colombani,
    "LA TRESSE". Un p'tit livre p
    as très cher puisqu'édité en Livre de Poche.

    Ce livre m'a tellement plu, que je l'offre maintenant à mes meilleures amies,
    celles que je sais, l'apprécieront autant que je l'ai apprécié.

    Ce livre parle de trois femmes :
    SMITA l'indienne (de l'Inde, pas des Amériques),
    GUILIA la sicilienne,
    SARAH la canadienne.

    Comme Obou, je vous livre ici le résumé de la page de couverture :

    INDE : Smita est une intouchable.
    Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l'école.

    SICILE : Giulia travaille dans l'atelier de son père, un perruquier.
    Lorsqu'il est victime d'un accident, elle découvre que l'entreprise familiale
    est ruinée.

    CANADA : Sarah, avocate, réputée, va être promue à la tête
    de son cabinet quand elle apprend
    qu'elle est gravement malade.

    Liées sans le savoir par ce qu'elles ont de plus intime et de plus singulier,

    Vibrantes d'humanité, leurs histoires tissent une tresse d'espoir et de solidarité.

    Trois femmes, trois vies, trois continents.
    Une même soif de liberté.

     

    C'est bien entendu l'univers de Smita, l'indienne qui touche le plus, puis dans une moindre mesure, ceux quand même émouvants, de Guilia et de Sarah.

    Issues de trois continents différents, la vie de trois femmes qui ne se connaissent pas et qui ne se rencontreront sûrement jamais, et entre lesquelles pourtant, un lien intime va se tisser.

    La première, Smita, sacrifie ses cheveux, 
    La seconde, Guilia, des cheveux elle en fait des perruques,
    La troisième Sarah, est la bénéficiaire des deux, un sacrifice et un savoir-faire. 


    Avez-vous lu ce livre, quand avez-vous pensé ?

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires