• Homme, Femme non égaux en cuisine

    En ce moment je feuillette les nombreux livres et revues qui squattent les placards de la maison afin de trouver quelques recettes originales, à la fois, festives, légères et goûteuses, pour les repas de fin d'année.

    Au fil de mes lectures, une évidence s'impose, l'Homme et la Femme qui cuisinent ne sont vraiment pas égaux selon qu'ils œuvrent dans la cuisine d'un  restaurant ou dans la cuisine d'une simple maisonnée.

    Ces lectures culinaires m'ont inspirées pour écrire ce p'tit article qui suit.

     

    Au restaurant l'homme qui cuisine on l'appelle Chef et l'armée d'apprentis et de commis qui l'entoure se met au garde à vous, dès qu'il entreprend de se frotter le nez ou le menton.

    A la maison la femme qui cuisine on l'appelle Maman, Chérie, ma Caille, ma Lolotte etc... la marmaille qui l'entoure se mouche le pif dans ses jupes, pioche dans les hors d'oeuvre et sauce sans vergogne à même la cocotte avant même de passer à table.

     

    Au restaurant l'homme qui cuisine à le droit d'hurler après tout le monde devant les caméras du monde entier

    A la maison la femme qui cuisine c'est sur elle que l'on braille si la pitance n'est pas servie avant le début du feuilleton télé.

     

    Au restaurant l'homme qui cuisine fait goûter ses œuvres à quelques initiés qui se pâment devant tant de talent

    A la maison la femme qui cuisine fait goûter sa popote à des pinailleurs qui frisent du nez et d'un air dubitatif s'interroge :
    "Qu'est-ce que c'est ?, c'est bizarre, ça à un goût de savon... et le chien (ou le chat) il a goûté ?"

     

    Mais ce qui fait défaut à la femme qui cuisine c'est le manque de poésie dans l'énoncé de ses plats :

    Quand la femme claironne : "Ce soir c'est jambon purée".

    Le chef annonce triomphalement :
    "Ecrasée de Benottes (pommes de terre primeures de Noirmoutier)
    au lait frais sur chiffonnade de porc fumé".

     

    Une leçon accélérée de linguistique culinaire pour la femme à la maison s'impose :

    ELLE NE DIRA PLUS :
    "Je n'avais plus de salade, à la place j'ai cueilli des pissenlits et utilisé le fond de vinaigrette d'hier"

    ELLE DIRA
    "Au menu de ce soir mesclun d'herbes folles en nage de vinaigre vieux"

    ELLE NE DIRA PLUS
    "Ce soir on mange les restes"

    ELLE DIRA
    "Ce soir Mille talents du Chef en gratinée"

    ELLE NE DIRA PLUS
    "Les légumes sont trop cuits. Une amie a appelé en larmes pendant que je préparais le diner"

    ELLE DIRA
    "Compotée du jardin au sel de chagrin"

    ELLE NE DIRA PLUS
    "Ce midi c'est steak-mousseline"

    ELLE DIRA
    "Pièce du boucher et son écrasée de pommes gourmettes"

    ELLE NE DIRA PLUS
    "J'ai fait une pizza au ketchup, je n'avais plus de sauce tomate"

    ELLE DIRA
    "Tarte sucré-salé façon LITTLE ITALY"

    ELLE NE DIRA PLUS 
    "J'ai laissé tomber la salière dans les p'tits pois"

    ELLE DIRA
    "Ce soir c'est Jardinière en saumure"

     

    Pour le repas de ce midi, j'ai voulu testé.

    Au lieu de dire :
    On finit le reste du veau marengo aux carottes de hier.

    J'ai annoncé :
    "Un confit de bêlant aux légumes fanes de Panpan !!!

    L'Homme était plutôt dubitatif à l'énoncé du plat.

     

    Bon ce n'est pas gagné car il faut faire preuve d'imagination pour nommer un plat, et ça un Chef épaulé par sa brigade n'en manque pas.

    Notre maisonnée elle risque de ne pas s'y retrouver, pourtant que ne ferait-on pour  quelques minutes de gloire... bien vite refroidies par les sarcasmes...

    Ah la famille... je te h...aime !!!


     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Octobre 2016 à 17:25

    Bonjour Marie, on est vraiment prise pour des apprenties.. dès qu'un homme cuisine tout le monde s'extasie !! c'est normal pour nous !!! il y a du boulot dans tous les domaines pas qu'en cuisine..

    On plaint un homme qui élève ses enfants seuls, et on ne plaindra pas la femme.. et j'en passe !

    A midi chez moi au menu c'était salade (mâche) escalopes de poulet sauce moutarde et gratin de courge...et haricots verts...

    Gros bisous Rozy

    2
    Jeudi 27 Octobre 2016 à 19:02

    J'adore ta leçon de vocabulaire!

    Ce soir, pour moi, ce sera "tarte du désespoir"...une flamekuche achetée dans la supérette du coin pour se matter un bon film et oublier une journée difficile! ;-)

    3
    Vendredi 28 Octobre 2016 à 17:32

    j'adore cet article j'adore j'adore merci pour cette minute récréative bien agréable en te lisant.

    Bisous bisous

    4
    Samedi 29 Octobre 2016 à 08:40

    Superbe article qui met de bonne humeur !

    Bon week-end

    bisou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :